Les achats responsables, ce précieux levier de développement commercial

Les achats responsables sont un réel levier de performance, tant sur le plan économique que sur d’autres aspects, ils représentent une cible commune à l’ensemble des parties prenantes au sein d’une organisation. Il s’agit d’un objectif aux avantages multiples, dépassant largement les frontières des directions achats.

Acheter responsable, c’est s’offrir l’opportunité d’affirmer sa différenciation concurrentielle au travers de l’amélioration de l’image de marque. Permettant ainsi l’attraction de nouveaux clients, investisseurs et partenaires commerciaux. Mécaniquement, acheter responsable c’est donc améliorer les ventes grâce à l’accès à de nouveaux marchés et la stimulation de l’innovation.

La réduction des différents risques (juridiques, éthiques et environnementaux) d’approvisionnement est une autre précieuse récompense.

La réduction des coûts à long terme en est une autre : “la durabilité n’est pas un euphémisme de réduction des coûts”. Bien que les coûts à court terme augmentent, il y a un gain non négligeable sur le long terme.

Nous pouvons aussi constater qu’acheter responsable permet d’attirer les talents.

Rappelons ce qu’est « acheter responsable »

La norme ISO 20400:2017 définit ainsi les achats responsables de la manière suivante :

“des Achats dont les impacts environnementaux, sociaux et économiques sont les plus positifs possible sur toute la durée du cycle de vie […]”

Concrètement acheter de manière responsable consiste à considérer les points suivants :

Imaginons un besoin « d’entretien et déboisement des abords d’une piste cyclable » :

Pourquoi acheter ?

Pour la protection du public, des infrastructures, la gestion durable des espaces verts, … Le besoin est justifié, bien que son périmètre puisse être remis en question et réduit au juste besoin.

Quoi acheter ?

Un service, des installations de chantiers, de la location de matériel, le traitement des déchets, […]

Mais il pourrait s’agir plus précisément :

  • D’un service périlleux : le déboisement étant une activité réglementée (travail en hauteur, bien souvent exercé par des bûcherons cordistes).
  • D’un service dangereux : risque de blessure pour le public, fermeture de la piste cyclable entraînant un détour sur route publique, etc. 
  • D’un service polluant : utilisation d’huiles, de carburants.
  • D’un service bruyant.
  • D’un service présentant des risques pour la faune et la flore (fauchage raisonné).
  • […]

A qui donc acheter ?

  • Une entreprise certifiée et compétente dans le champ du besoin, capable de fournir les différents postes décrits à l’expression du besoin et/ou en mesure de superviser une entreprise sous-traitante.
  • Une entreprise prenant des mesures pour protéger ses employés d’un quelconque problème ou risque lié au travail.
  • Une entreprise intégrant la RSE (Responsabilité sociale et environnementale) dans son offre technique
  • […]

“Comment” acheter dans ce marché ?

En incluant un objectif de décarbonation avec l’évaluation positive des offres incluant l’utilisation de matériel électrique et en s’appliquant à valoriser les déchets (traitement local des chutes de bois, transformation biomasse, …)

En considérant la localité et l’inclusion : privilégier des entreprises locales, avec un éventuel lotissement du marché. L’attribution d’une part du marché à un établissement et service d’aide par le travail (tonte des espaces verts, part du marché sans enjeux et risques) est envisageable.

Il s’agira aussi de considérer la responsabilité sociétale et ainsi adapter les délais de paiement selon l’entreprise titulaire, proposer de l’affacturage inversé, …

En tâchant de protéger l’environnement avec l’inclusion dans le marché un service de gestion de la faune et la flore. Tierce partie pouvant assurer le rôle de marquage des arbres à préserver (que le titulaire ne serait pas en mesure de reconnaître), de reconnaissance des dangers pour la faune, ou encore de détermination de la meilleure période (hors nidification, …)

La curiosité d’un donneur d’ordre ou d’un fournisseur est une précieuse compétence pour acheter responsable : la liste présentée pourrait gagner en exhaustivité selon l’expérience de l’acheteur, le type de marché, l’implication RSE, …

Contribuer à maintenir un écosystème équilibré, à préserver la faune et la flore locales au travers des achats responsables dans ce marché permet d’accéder aux rétributions mentionnées en introduction. De l’image à la réputation (et donc l’avantage concurrentiel), jusqu’à la stimulation de l’innovation et la réduction des coûts long terme (sur notamment le matériel), il ne fait nul doute que de privilégier un approvisionnement responsable est bénéficiable dans ce cas de figure.

Que ce soient des fournitures, travaux ou services, nous n’achetons pas durablement sans communiquer, impliquer, partager et viser un objectif commun.

La transparence et la communication selon la norme ISO 20400:2017, sont présentées comme les clés permettant d’accéder à l’approvisionnement durable et à ses bénéfices.

Les achats responsables sont un objectif collectif apportant fiabilité et durabilité… Cela nécessite une implication de toutes les parties prenantes.

Ce devrait être perçu comme un cercle vertueux :

Il subsiste cependant certains achats dont les propositions du fournisseur, prescripteur ou acheteur ne peuvent être mises en place.

Ces « échecs » renforcent néanmoins chaque partie dans sa détermination à maintenir ses efforts, sa curiosité et sa capacité à proposer des solutions afin d’intégrer la durabilité dans les futurs achats.

Le manque de ressources internes et la difficulté à évaluer et suivre les performances des fournisseurs en matière de développement durable sont deux principaux obstacles à l’approvisionnement durable.

Il n’est pas surprenant de rencontrer cette affirmation dans la littérature d’économie-gestion.

Restons toutefois confiants et optimistes, car de précieux projets sont menés :

Par exemple, l’association pacte PME avec le regroupement de 7 grands donneurs d’ordres mène un plan de décarbonation pour quelques 3000 PME en France.

Ce qui semble essentiel, c’est le retour d’expérience que nous acquérons grâce à nos tentatives d’achats responsables. Cela nous permet de capitaliser sur ces expériences pour nos futurs actes d’achat.

Les récompenses accordées aux entreprises et les efforts de recherche dans le domaine des achats responsables jouent un rôle fondamental de maintien de la dynamique et incite toutes les parties prenantes à persévérer dans la démarche.

Les achats responsables sont une préoccupation passionnante :

Quelles compétences interpersonnelles sont nécessaires ? Quels sont les indicateurs de performance pertinents ? Comment devrais-je évaluer mon fournisseur ? Quel est mon niveau de maturité en matière d’Achats Responsables ? Ou encore, comment devrais-je prendre en compte l’approvisionnement durable dans ma classification des produits ?

Tant de passionnants sujets à aborder alors… Restons connectés!

Auteur : Nathan Richardet – Acheteur Tactique et Stratégique

ARTICLES SIMILAIRES

Découvrez l’ensemble de nos expertises et laissez-nous vous guider en vous offrant des solutions personnalisées qui vous permettront d’atteindre vos objectifs avec succès.